Le Palais royal Open today 10.00-16.00

Histoire du Palais royal

Juste après sa construction au XVIIIe siècle, le Palais royal attira l’attention en Europe et c’est aujourd’hui un des fleurons de l’architecture baroque. L’ancien Château des Trois couronnes fut ravagé en mai 1697 par un incendie, qui débuta dans le grenier au-dessus de la Salle des états et dont la cause n’a jamais pu être déterminée.

« Le palais est beau, j’ai pu le voir cette fois-ci. Il a été bâti par le célèbre architecte Tessin du XVIIe siècle et il ne ressemble pas aux châteaux des autres capitales que j’ai visitées en touriste. Les proportions des pièces sont particulièrement harmonieuses et respectueuses des justes mesures : longueur, largeur et hauteur. Grâce à ces principes architecturaux, les vastes salles et salons ne paraissent pas aussi immenses et hauts de plafond que dans la plupart des palais, où l’ennui règne officiellement. Au Palais royal de Stockholm, les dimensions des salles rendent celles-ci accueillantes et habitables. »

C’est en ces termes qu’Alexandra Kollontaï, ambassadrice étrangère en Suède, décrivait son premier contact avec le Palais royal de Stockholm dans son journal en 1930. Alors qu’il venait à peine d’être construit, il suscitait déjà l’intérêt en Europe et le fait est qu’il s’agit d’un des fleurons de l’architecture baroque en Europe. Son histoire est ancienne, mais à quand remonte-t-elle ?

Une protection pour le cœur du royaume de Svea

D’aucuns estiment que le Palais royal de Stockholm est le plus ancien château d’Europe encore utilisé comme résidence royale, mais tout est une question de perspective. À la préhistoire, le lac Mälar était une baie de la mer Baltique avec de nombreux détroits qui le reliaient à la haute mer. Suite à l’élévation du sol, ces détroits ne sont plus navigables et, à la fin de l’âge viking, il n’y avait plus que deux chenaux reliant la Baltique et le lac Mälar : l’un au nord (Norrström) et l’autre au sud (Söderström). Ainsi, qui contrôlait l’embouchure du lac Mälar contrôlait également la vallée du lac, c’est-à-dire le cœur du royaume de Svea. C’était donc un endroit qui devait être protégé, mais également un point de passage stratégique pour prélever des droits de douane en raison des nombreux bateaux qui passaient par là.

Vestiges du Xe siècle

Très tôt, une forteresse fut érigée à l’endroit où se dresse aujourd’hui le Palais royal de Stockholm. Les fouilles archéologiques effectuées sur la petite île de Helgeandsholmen entre 1978 et 1980 ont mis au jour de très anciennes constructions en bois datant de la fin du Xe siècle. Il est toutefois difficile de déterminer leur fonction. Certains affirment que les fouilles démontrent que la présence d’une forteresse à cet endroit dès la fin du Xe siècle, tandis que d’autres, plus prudents, estiment qu’il y avait uniquement des barrages sur pilotis le long entre la baie Saltsjön et le Mälar. Il est possible que ces barrages aient été gardés, mais la question est de savoir si c’était par une garnison de soldats ou par un seul garde. Il se peut toutefois que, dès le Xe siècle, il y ait déjà eu un simple barrage, une forteresse en bois, qui allait ensuite se développer et se transformer au fil des siècles.

Une forteresse voit le jour

La preuve la plus ancienne de l’existence d’une forteresse est une lettre de Birger Jarl et de son fils Valdemar datée de 1252. Au XIVe siècle, le site était constitué d’une place forte (la forteresse proprement dite avec la maison de la noblesse) et le grand château avancé vers le nord. La partie la plus ancienne du site était le donjon. Aux XIVe, XVe et début du XVIe siècles, la forteresse fut assiégée à plusieurs reprises. Le siège le plus connu est peut-être celui entrepris par le souverain danois Christian II, dit le Tyran, en mars 1520. Ce n’est qu’à l’automne que Christine Gyllenstierna, veuve de Sten Sture le jeune, laissa la forteresse aux mains des Danois, après quoi les nobles, évêques et bourgeois fidèles à Sture furent condamnés à mort et exécutés sur la Grand-Place. Cet événement est connu sous le nom de Bain de sang de Stockholm.

Renforcement de la défense

Sous le règne de Gustave Vasa, l’état suédois moderne prit forme et la forteresse de Stockholm devint l’une des résidences du roi. Construite en premier lieu à des fins de défense, elle fut consolidée par la suite. On construisit notamment des remparts à l’épreuve des tirs d’artillerie, et l’on creusa des fossés au sud et à l’ouest pour rendre plus difficiles les assauts. Plusieurs étages furent ajoutés au donjon, qui fut en outre doté de canons. Pendant une longue période, cette forteresse fut la plus puissante des pourtours de la mer Baltique. À l’époque de Jean III, elle fut transformée en un superbe château Renaissance avec le concours de l’architecte Willem Boy. À cette époque, on aménagea notamment un nouvel appartement royal, une nouvelle chapelle royale et une nouvelle Salle des états. D’autres travaux eurent également lieu : construction d’une chapelle pour la reine catholique, aménagement d’un cours de sports de raquette, construction d’une nouvelle salle de bains et installation d’un cuvier en cuivre dans celle qui existait déjà.

Une résidence moderne à l’époque où la Suède était une grande puissance

Les administrations et cours d’appel instaurés sous le règne de Gustave II Adolphe furent initialement hébergés dans l’enceinte du Palais royal. Celui-ci n’avait alors plus aucune fonction de défense et de grands projets de modification des lieux et d’extension étaient à l’étude. La Suède, en tant que grande puissance, allait enfin avoir une résidence royale représentative et moderne. En raison de la situation financière délicate du pays, il fallut attendre longtemps avant que des travaux de grande ampleur ne puissent être réalisés. Ce n’est qu’en 1690 que Nicodème Tessin le jeune fut chargé de moderniser au moins l’aile nord du palais. Il était prévu de construire de vastes appartements royaux et de reconstruire totalement la Chapelle royale, située dans la partie nord-est. Tessin avait étudié l’architecture et le paysagisme pendant de nombreuses années en France, en Italie et en Angleterre. Grâce à l’intervention de la reine Christine de Suède, il fut admis comme élève chez Lorenzo Bernini et il s’inspira fortement de la stricte architecture baroque de Rome. À son retour en Suède et à Stockholm, il savait précisément à quoi un palais moderne devait ressembler.

Le château en flammes

Les travaux d’aménagement et de décoration battaient leur plein lorsque le terrible incendie se déclara vers deux heures de l’après-midi le 7 mai 1697. Des procès-verbaux détaillés du procès et d’autres témoignages ont permis de reconstituer en grande partie le déroulement de l’incendie. Ainsi, nous savons que les dames de la cour qui se trouvaient avec la reine-veuve Hedwige Éléonore venaient de terminer leur repas lorsqu’une fumée épaisse apparut devant les fenêtres et, en ouvrant celles-ci, elles virent que le château était en flammes. Bolle Luxdorph, messager du souverain danois, assista à la scène et raconta que la reine, en proie à l’émotion et à la confusion, pouvait à peine se tenir sur ses jambes et qu’il fallut l’aider à descendre les escaliers.

Chute des canons du donjon

L’incendie se propagea rapidement et en peu de temps, le donjon fut aussi totalement embrasé et des témoins décrivirent le bruit assourdissant produit par la chute des canons dans le cellier de la reine. La cause de l’incendie n’a jamais pu être établie, mais nous savons qu’il débuta dans le grenier au-dessus de la Salle des états et que les personnes chargées de garder le grenier n’était pas sur place au moment du désastre. Le chef de la caserne de pompiers avait envoyé l’un des gardes en mission, tandis qu’un autre avait quitté son poste sans autorisation. Aucune victime ne fut à déplorer, mais les dégâts matériels furent considérables. L’incendie détruisit avant tout la section ancienne du château, mais il endommagea également l’aile nord qui venait d’être construite. Bon nombre de documents, livres et manuscrits inestimables partirent en fumée lorsque les archives nationales et la bibliothèque furent ravagées par les flammes.

Exigence d’une reconstruction rapide

Dès le lendemain de l’incendie, le gouvernement de régence décida que le château devait être reconstruit et le chantier fut confié à Nicodème Tessin le jeune. Six semaines après le désastre, Tessin pouvait présenter les plans du nouveau château à présenter à la reine. À la même époque, l’architecte fut chargé par le souverain danois de dessiner le Palais royal de Copenhague, ce qui contraria Charles XII qui insista fortement pour que le palais de Stockholm « soit tout aussi magnifique que le Palais royal danois ».

D’après le projet de Tessin, le nouveau palais devait être construit en six ans, mais pour des raisons financières, il fallut près de soixante ans pour venir à bout des travaux. La construction fut interrompue pendant de nombreuses années et lorsqu’elle fut terminée, le budget de fonctionnement fut limité pendant un certain temps. Nicodème Tessin le jeune mourut en 1728 et le flambeau fut repris par son fils Carl Gustaf Tessin. Ce dernier confia la direction à l’architecte Carl Hårleman.

Ce n’est qu’en décembre 1754 que le roi Adolphe Frédéric et la reine Louise Ulrique purent s’installer dans ce qui est aujourd’hui l’appartement Bernadotte. Jusqu’à cette date, la résidence officielle de la famille royale avait été le Palais de Wrangel sur l’île de Riddarholmen. En dépit de la durée des travaux, les plans de 1697 furent respectés, du moins pour l’extérieur. Les intérieurs furent davantage soumis aux fluctuations de la mode et c’est pourquoi des éléments de décoration de style baroque et rococo s’y côtoient.

L’autel et le trône

Aujourd’hui, les façades du palais donnant sur la ville sont pratiquement inchangées depuis cette époque et chacune a son propre caractère. La façade nord, à l’esthétique simple et stricte, est dotée de doubles rampes menant au portail nord et elle domine la ville. La façade sud est plus ornementée, conçue comme un arc de triomphe romain avec des plaques à la mémoire de Charles XII. C’est par là que l’on accède à l’arcade sud qui s’étend sur toute la hauteur du bâtiment, puis aux deux salles de cérémonie les plus importantes du palais où se trouvent les symboles du pouvoir séculier et religieux : la Salle des états et la Chapelle royale. L’autel et le trône constituaient les repères de la bonne société suédoise. La façade ouest est celle du roi, avec des attributs guerriers et les médaillons représentant les souverains suédois de Gustave Vasa à Charles XI. Enfin, la façade est, celle de la reine, se caractérise par une esthétique moins formelle et moins austère, et elle est orientée vers la baie de Saltsjön et le jardin de Logården.

Le Palais royal ne fut pas conçu uniquement comme la résidence du monarque suédois et de sa famille, mais également comme le siège de toute l’administration centrale du royaume. C’est pourquoi le gouvernement de Suède et les ministères y disposaient de bureaux. La Bibliothèque royale avait elle aussi ses locaux dans l’enceinte du château.

Un château vivant

Aux XIXe et XXe siècles, les administrations, le gouvernement, le Parlement et la Bibliothèque royale quittèrent l’enceinte du Palais royal et, depuis 1981, le roi Charles XVI Gustave et la reine Silvia, sont installées au Château de Drottningholm. Le Palais royal de Stockholm est toutefois resté un château vivant.

C’est la résidence officielle du roi Charles Gustave et il est utilisé pour les réceptions du chef de l’État. C’est également là que se trouvent les bureaux du le roi et de la reine ainsi que les locaux du grand maréchal du royaume et du maréchal de la cour.

Photo du haut : Chalcographie du dessinateur Erik Dahlbergh représentant le Palais royal, extraite du volume de gravures Suecia antiqua et hodierna. Photo : La bibliothèque royale

La relève et la parade de la garde attirent de nombreux visiteurs dans la cour extérieure. Photo : Raphael Stecksén

La relève et la parade de la garde attirent de nombreux visiteurs dans la cour extérieure. Photo : Raphael Stecksén

Maquette du château ayant précédé le Château des Trois couronnes, tel que nous nous le représentons en 1280. Photo : Alexis Daflos/Cour royale de Suède

Christian II (1481-1559), surnommé Christian le Tyran, fut roi du Danemark, de Norvège et de Suède. Il prit le contrôle de la forteresse de Stockholm lors du siège de 1520. Photo: Nationalmuseum

Maquette du château ayant précédé le Château des Trois couronnes, tel que nous nous le représentons au XIVe siècle. Ici, vu du sud-est, en léger surplomb. Photo : Alexis Daflos/Cour royale de Suède

Le Château Renaissance des Trois couronnes à l’époque de Jean III en 1663. Au premier plan, l’entrée principale avec le bâtiment de la Salle des états à droite de l’arcade du portail, et l’Appartement royal à gauche. Maquette de Lars Agger. Photo : Alexis Daflos/Cour royale de Suède

Le Château des Trois couronnes juste avant l’incendie de 1697. Ici, vu depuis le nord. Photo : Alexis Daflos/Cour royale de Suède

Chalcographie représentant le Château des Trois couronnes lors de l’incendie du 7 mai 1697. Photo : Cour royale de Suède

La Mer blanche se trouve dans l’aile est du palais. Aujourd’hui, le roi et la reine utilisent cette salle pour accueillir les convives des dîners officiels. Photo : Alexis Daflos/Cour royale de Suède

Le Salon Victoria fut décoré pendant le règne de Charles XV. Le papier peint en velours rouge est orné du monogramme de la reine Louise Ulrique en or et en argent. Photo : Alexis Daflos/Cour royale de Suède

La Galerie de Charles XI, de style baroque, s’inspire de la Galerie des glaces de Versailles. L’impressionnante fresque du plafond a pour motif la guerre menée par Charles XI en Scanie dans les années 1670. Photo : Alexis Daflos/Cour royale de Suède

Le roi Charles XVI Gustave peint par l’artiste Nelson Shanks. Un atelier de peinture temporaire a été aménagé dans l’antichambre de la Bibliothèque Bernadotte. Photo prise le 17 mai 1991. Photo : Alexis Daflos/Cour royale de Suède

Photo prise à l’occasion du 70e anniversaire de Sa Majesté la Reine Silvia. Photo : Julia Hetta

Visit us

Guided tours Open today 10.00-16.00

A guided tour will ensure that your visit to the palace is particularly memorable. Our knowledgeable guides bring objects to life, puttin...

Read more
For children Open today 10.00-16.00

The palace's grand state rooms, the mediaeval gate at the Tre Kronor Museum and the crowns in the Treasury are just a few of the exciting...

Read more

Discover more at Le Palais royal

Les Appartements d’apparat Open today 10.00-16.00

Cette appellation désigne les magnifiques appartements utilisés lors des réceptions du roi et de la reine. Vous pouvez y flâner à votre g...

Read more
Histoire du Palais royal Open today 10.00-16.00

Juste après sa construction au XVIIIe siècle, le Palais royal attira l’attention en Europe et c’est aujourd’hui un des fleurons de l’arch...

Read more

Customer service

Opening hours: Open today 10.00-16.00